Chercher
  • Vous n'avez pas de signet.

Votre liste de souhaits : 0 boutiques

Connexion

La redécouverte historique du cannabis : Nouvelles perspectives sur son usage au XVIIe siècle

Depuis des temps immémoriaux, le cannabis a tissé son fil dans le tissu même de notre histoire et de notre culture. Cette plante, souvent associée à la contre-culture moderne, trouve ses racines dans une histoire complexe, s’étendant à travers diverses civilisations à travers les âges. Récemment, des chercheurs de l’université de Milan, en Italie, ont mené une étude révélatrice, plongeant dans les dédales du XVIIe siècle pour examiner de plus près l’utilisation historique du cannabis.

Cette exploration archéologique a jeté un nouvel éclairage sur cette plante controversée. Les découvertes issues de cette étude remettent en question les perceptions établies, suggérant un usage bien plus répandu et complexe que ce que l’on pensait auparavant. Ces nouvelles perspectives offrent une occasion unique de revisiter notre compréhension de cette plante et de son rôle dans les sociétés passées.

Une plante ancrée dans l’histoire et la culture

cannabis

Le cannabis, souvent associé à la contre-culture contemporaine, plonge ses racines dans une histoire millénaire, étroitement entrelacée avec diverses sociétés à travers les âges. Des récentes recherches menées par des scientifiques de l’université de Milan, en Italie, ont jeté un nouvel éclairage sur l’utilisation historique du cannabis en étudiant des restes de squelettes provenant d’un cimetière du XVIIe siècle.

Contexte historique et stigmatisation

L’utilisation du cannabis est bien documentée dans l’histoire. Dès 440 av. JC, l’historien grec Hérodote mentionnait déjà ses effets psychotropes. Au Moyen Âge en Europe, ses applications médicinales étaient répandues, traitant un large éventail de maux. Cependant, en 1484, le pape Innocent VIII a marqué un tournant en condamnant le cannabis comme un “sacrement impie”, initiant une longue période d’association avec le paganisme et une rébellion contre l’Église, jetant l’ombre de la stigmatisation sur cette plante.

La découverte révélatrice à Milan : Des traces dans les os du XVIIe siècle

Dirigée par la biologiste Gaia Giordano, une étude révolutionnaire menée à Milan a mis au jour des preuves de l’usage récréatif du cannabis. Les scientifiques ont examiné des fémurs provenant de la crypte Ca’ Granda, révélant des traces de THC et de CBD dans les ossements humains, une première dans les découvertes archéologiques. Ces résultats bousculent l’idée largement acceptée selon laquelle le cannabis aurait disparu des traces historiques après son interdiction par le pape.

Les implications sociétales et historiques : Vers une compréhension renouvelée du cannabis

Ces découvertes remettent en question les conceptions prévalentes sur l’usage du cannabis au XVIIe siècle. Elles suggèrent fortement un usage récréatif de la plante à Milan, car les enregistrements médicaux de l’Ospedale Maggiore ne font pas mention du cannabis parmi les remèdes. Les chercheurs avancent l’hypothèse que les conditions difficiles de l’époque, marquées par la famine, la maladie et la pauvreté, ont probablement incité à un usage récréatif de cette plante. Elle aurait pu être incorporée dans des aliments tels que des gâteaux ou des infusions pour apaiser les réalités brutales de la vie à cette période.

L’héritage historique de la production de chanvre en Italie

L’Italie jouait un rôle majeur dans la production de chanvre, utilisé dans diverses industries comme les cordages, les textiles et le papier. Cette longue histoire de culture du chanvre suggère que la consommation récréative de cannabis était probablement liée à cette culture. Marco Perduca, ancien sénateur italien, souligne que l’association entre la stigmatisation sociale et la consommation de cannabis persiste jusqu’à nos jours, principalement en raison de son passé de défi à l’ordre établi, particulièrement à l’Église catholique. Malgré la légalisation du cannabis médical en Italie, les discussions sur son acceptation plus large, incluant même l’inclusion du CBD dans les tableaux des stupéfiants, sont toujours en cours.

Précédent article
Tétrahydrocannabivarine THCV : la nouvelle frontière du cannabis en Californie – perspectives et développements
Prochain Post
La réforme de la loi sur le contrôle du cannabis au Japon

Ajouter Un Commentaire

Votre email est en sécurité avec nous.