Chercher
  • Vous n'avez pas de signet.

Votre liste de souhaits : 0 boutiques

Connexion

La réforme de la loi sur le contrôle du cannabis au Japon

La législation sur le contrôle du cannabis au Japon a récemment subi des ajustements significatifs de la part du gouvernement, touchant à la fois le cannabis médical, les cannabinoïdes et la culture du chanvre dans le pays.

Contexte de la réforme

cannabis japon

Le gouvernement japonais a approuvé des modifications majeures à sa loi sur le contrôle du cannabis, entraînant des changements importants dans la réglementation du cannabis médical, des cannabinoïdes et de la culture du chanvre.

1. Cannabis à des fins médicales

Dans le cadre de ces ajustements, l’Epidiolex, un médicament à base de CBD, sera intégré au système médical japonais, offrant ainsi une solution aux enfants nécessitant ce traitement. Cependant, le Sativex et le Marinol, contenant du THC, ne sont pas susceptibles d’être approuvés, reflétant l’opposition persistante du gouvernement japonais envers le THC.

2. Réglementation des cannabinoïdes autres que le THC

Une refonte majeure dans la réglementation des cannabinoïdes est prévue, passant d’une approche basée sur des parties spécifiques de la plante à une régulation fondée sur les composants. Ainsi, le CBD extrait de la fleur, des feuilles ou de la résine pourrait être légalement importé au Japon, à condition qu’il ne contienne pas de THC. Cependant, les analogues tels que le Delta-8, Delta-9, HHC, THCV resteront interdits.

3. Usage et crime

Une modification notable concerne la considération de l’usage de cannabis. Alors que l’usage de cannabis n’était pas antérieurement considéré comme un crime, la nouvelle proposition suggère qu’un test d’urine pourrait désormais prouver l’usage, bien que l’application concrète de cette loi puisse varier de son intention initiale.

4. Promotion de la culture du chanvre

Le gouvernement japonais manifeste son intention de promouvoir la culture du chanvre dans le pays, notamment pour ses applications industrielles telles que la production de graines et de fibres.

Impact anticipé

Ces modifications devraient entraîner des changements significatifs dans le paysage cannabinoïde japonais. Alors que le marché du CBD pourrait voir une expansion notable, les strictes limitations autour de l’absence de THC pourraient conduire à une orientation vers les cannabinoïdes synthétiques. Les industries majeures, les détaillants et les médias devraient accepter davantage les produits à base de CBD, bien que les analogues de D8/D9/THC restent fortement prohibés.

Renaissance de l’industrie du chanvre au Japon

En dépit du soutien croissant du gouvernement japonais à la culture du chanvre, des défis subsistent. Dans certaines préfectures, notamment à Tochigi, le nombre de cultivateurs de chanvre a considérablement diminué au fil du temps, suscitant des inquiétudes quant à la disparition de cette tradition. Pour contrer ce déclin, des initiatives émergent, telles que celle menée par Yoshinori Omori, visant à développer de nouveaux produits à base de chanvre pour attirer les jeunes générations et à diversifier les applications industrielles du chanvre.

De même, dans des régions comme la préfecture de Mie, des partenariats entre les conseils municipaux, les universités et les agriculteurs locaux émergent pour revitaliser la culture du chanvre. Ces initiatives cherchent à préserver une part essentielle de l’histoire japonaise tout en répondant aux besoins actuels de l’industrie et de l’économie locale.

La réforme de la loi sur le contrôle du cannabis et l’intérêt croissant pour la culture du chanvre au Japon reflètent un équilibre délicat entre une ouverture progressive aux applications bénéfiques des cannabinoïdes et la préservation des valeurs et des normes culturelles existantes.

Précédent article
La redécouverte historique du cannabis : Nouvelles perspectives sur son usage au XVIIe siècle
Prochain Post
Découvrez l’innovation gastronomique : le caviar de chanvre par Maison Beryola

Ajouter Un Commentaire

Votre email est en sécurité avec nous.